Le
Missions et références
Par

Etude internationale sur l’accès à la mobilité des précaires et des seniors / Publication

Chronos a conduit pour le Laboratoire de la mobilité inclusive une étude internationale sur l'accès à la mobilité des précaires et des seniors et sur les services innovants qui leur sont proposés pour améliorer cette mobilité.

Cette étude visait plus précisément à observer la situation française à la lumière des enjeux et des projets développés ailleurs dans le monde. Sur quelle conception de la mobilité inclusive les politiques mises en place à l'étranger reposent-elles ? Quels acteurs s'en saisissent et avec quels modes de coordination et de soutien entre société civile, autorités de transports, gouvernement et entreprises ? Quelles sont les actions mises en place et les projets qui fonctionnent ? Et bien sûr, comment tirer parti de ces enseignements pour le cas français ?

Nous y avons analysé une quinzaine de projets à travers le monde (ITN America, TUS Danemark, Transport Solutions au Royaume Uni...) et sur cinq zones géographiques aux approches singulières (Danemark, Japon, Canada, Royaume-Uni et Union Européenne).

 

La synthèse en français, en anglais et la version intégrale de l'étude sont accessibles ici.

Pour en savoir plus, contactez Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La mobilité inclusive

L'objectif principal des déplacements ne réside pas dans le mouvement en lui-même, mais dans l'accessibilité aux ressources du territoire : services publics, entreprises, études, commerces, loisirs, rencontres, etc. La mobilité est donc un vecteur d'emploi, d'accès à la connaissance et de participation à la vie collective, en somme un levier essentiel pour combattre l'exclusion des populations éloignées de ces ressources.

Divers facteurs peuvent être à l'origine d'un empêchement de mobilité : économiques, physiques, cognitifs, culturels, économiques ou encore spatiaux. Concernant l'aspect physique, en France, on estime à 7,7 millions le nombre de personnes souffrant de difficultés motrices, c'est à dire 20 % de la population[1] . Plus largement, 35 à 40 % des Européens rencontrent des difficultés pour se déplacer à pied, à vélo ou en transports en commun[2] . Et si l'on aborde ce thème via le prisme "économique", on arrive, en croisant des données sur les niveaux de vie, minima sociaux perçus et situation professionnelle, à 7 millions de personnes en âge de travailler qui seraient concernées par des difficultés de mobilité en France ("Mobilité, insertion et accès à l'emploi"i" - France 2013).

La mobilité inclusive adresse toutes les situations d'empêchements de mobilité qu'elles soient physiques, cognitives, culturelles, économiques ou encore spatiales. Elle vise deux grands objectifs :

  • mettre au point des solutions physiquement et financièrement accessibles aux catégories de populations exclues de la mobilité : personnes à faibles revenus, demandeurs d'emploi, travailleurs précaires, personnes âgées, personnes à mobilité réduite...
  • Intégrer les personnes bénéficiaires dans le processus même de conception de l'offre, sa mise en oeuvre, son évaluation, et la démarche d'amélioration continue.

Pour en savoir plus sur cette thématique vous pouvez consulter le site du Laboratoire de la mobilité inclusive ici .

 

Un bus opéré par des volontaires dans l'Oxfordshire - Source : Oxfordshire Rural Community Council

Les objectifs de l'étude

L'étude confiée au cabinet Chronos a poursuivi trois grands objectifs :

  • Dresser un état des lieux international des enjeux liés à la mobilité inclusive et des types de réponses mises en oeuvre par les acteurs.
  • Identifier, présenter et analyser une série de bonnes pratiques internationales et évaluer leur réplicabilité.
  • Etablir des liens avec les études françaises du Laboratoire de la mobilité inclusive sur la mobilité des précaires et des seniors et proposer des recommandations.

Plutôt que de brosser un panorama général de la mobilité inclusive au niveau international, le choix a été fait de privilégier quelques zones géographiques ainsi que des bonnes pratiques exemplaires et reproductibles.

Les publics cibles

Dans le cadre de cette étude, deux publics cibles ont été visés :

  • Les publics précaires entendus au sens large : chômeurs, travailleurs précaires, personnes en insertion professionnelle, immigrés récents, familles monoparentales, etc. La mobilité est un facteur d'accès à l'emploi et d'intégration, il faut donc accompagner cet apprentissage et l'accès à la mobilité des précaires : aides financières, formation, accompagnement et découverte des modes de transport, services personnalisés...
  • Les seniors, entendus ici comme personnes âgées de plus de 65 ans. Il s'agit particulièrement des personnes "inactives" mais toujours mobiles, qui rencontrent des difficultés à accéder aux ressources du territoire et aux sociabilités qui s'y trouvent. Des solutions innovantes d'accompagnement, de transport à la demande ou d'accès à distance sont à imaginer pour eux.

Fourniture de vélos et d'entraînements à des membres d'un Centre communautaire, Liverpool. Source : MerseyTravel .

La méthodologie proposée sur les zones d'études

Nous avons choisi de nous focaliser sur cinq zones d'études permettant de distinguer les problématiques, approches, répartitions des rôles entre les acteurs et moyens d'actions privilégiés, qui varient fortement d'un pays à l'autre.

Canada, Danemark, Royaume-Uni et Japon : ces quatre pays présentent des caractéristiques démographiques et socio-économiques similaires à celles de la France, tout en ayant l'avantage de présenter une véritable diversité en terme d'approches de la mobilité inclusive et de systèmes politiques. Il permettent en outre d'élargir le champ européen aux continents américain et asiatique.

L'échelle de l'Union Européenne a aussi été retenue. En effet, le vieillissement est un axe de travail à part entière de la Commission Européenne qui estime qu'en 2025, plus de 20 % des Européens seront âgés de 65 ans ou plus.[3] L'aspect social est également concerné par l'activité de l'Union Européenne - le Forum CIVITAS 2014 est d'ailleurs dédié aux liens entre la mobilité urbaine et l'inclusion sociale[4] .

Ont été mobilisés au cours des différents phases de l'étude les méthodologies suivantes :

  • Analyse documentaire à partir d'études-clés et de rapports gouvernementaux,
  • Réalisation d'entretiens avec des experts internationaux de la mobilité inclusive ainsi qu'avec des porteurs de projets innovants,
  • Réalisation d'un benchmark de projets innovants relatifs à la mobilité inclusive

Lou Marzloff, Budapest, 2012

Les 17 projets retenus

L'analyse de ces projets est en partie visible dans la synthèse de l'étude et bientôt dans sa version intégrale.

TEKI (Pays-Basque, Espagne). Un système de télémédecine qui permet l'accès à distance aux soins et aux conseils médicaux pour les seniors,

TUS (Copenhague, Danemark). Un projet multipartenarial pour rendre les informations de transport accessibles à tous dans la région de Copenhague.

AENEAS. « Attaining Energy-Efficient Mobility in an Ageing Society » : un programme européen pour renforcer le management de la mobilité auprès des personnes âgées dans les transports en commun

ITN America (Etats-Unis). Un réseau national de conducteurs volontaires pour les personnes âgées et malvoyantes, basé sur un système de crédits.

Transport Solutions (Merseyside, Royaume-Uni) : un « pack » d'aides à la mobilité pour favoriser le retour vers l'emploi, accompagne les chômeurs, les jeunes et les travailleurs précaires

Navette Or (Canada), une navette ouverte à tous mais adaptée aux seniors, afin de combattre l'isolement,

Conduce tu futuro (Espagne), un partenariat innovant entre des municipalités et une fondation privée pour le financement du permis de conduire et l'insertion professionnelle,

Wheels2Work (Royaume-Uni), un réseau national d'antennes de prêt de scooters dans les milieux ruraux et isolés,

 

Postbus (Royaume-Uni), une optimisation des véhicules de la Poste pour désenclaver les territoires ruraux,

L'intégration par le vélo (Canada, Danemark et Autriche), des ateliers à destination des femmes, jeunes et immigrés pour renforcer leur intégration urbaine,

JARC (Etats-Unis), un programme fédéral de financement des services de mobilité qui améliorent l'accès à l'emploi

SIMON et Mobility, Mood and Place : deux projets de recherche multipartenariaux, l'un axé sur le rôle du cognitif dans le désir de marche des seniors, l'autre basé sur le déploiement de systèmes d'accès aux services de mobilité grâce à une application mobile

La Démarche « Ville amie des aînés », un plan global lancé par l'OMS pour adapter les villes aux seniors,

Free-off peak concessionary bus travel : un dispositif national en Angleterre qui permet aux seniors de circuler en bus gratuitement en dehors des heures de pointe,

Les principaux résultats

La synthèse de l'étude est disponible ici.

Ci-dessous, les quelques slides présentées lors des 2e rencontres de la mobilité inclusive.

Rappel sur le Laboratoire de la mobilité inclusive

Lancé lors de l'édition 2013 des rencontres, le laboratoire de la mobilité inclusive se veut un outil de dialogue pour affiner la compréhension des freins à la mobilité et imaginer les solutions à promouvoir :

  • Un espace de co-construction entre différents acteurs de la sphère publique, privée et société civile.
  • Un lieu de réflexion et de capitalisation d'expériences opérationnelles concrètes.
  • Une réflexion ouverte à d'autres expériences en Europe et dans le monde.
  • Des travaux publiés et disponibles à tous.

Membres : Wimoov', TOTAL, la Fondation FACE, la Fédération Nationale des Caisses d'Epargne (FNCE), le groupe MACIF, Pôle Emploi, le Conseil National des Missions Locales (CNML), l'ADEME, l'ADIE, la Fondation PSA, Réunica, Renault, Solidarité Nouvelles face au Chômage (SNC), le Secours Catholique, le Fond d'Action Sociale au Travail Temporaire (FASTT).

[1] Guide Design pour tous, comment s'y prendre ? Annexe 1 : les capacités sensorielles ? Physiques, Cognitives. Données Enquête Handicap Santé 2008, INSSE. Données disponibles sur demande..

[2] ISEMOA, 2011, Pourquoi avons-nous tous besoin, un jour ou l'autre, de l'accessibilité ?

[3] Source : Commission Européenne

[4] CIVITAS Conference Forum 2014. Le programme CIVITAS est co-financé par l'Union Européenne

 

Partager cet article