Caroline de Francqueville analyse le TechShop américain comme un laboratoire d'innovations à l'aune de ses résultats pour Ford et la ville de Détroit.
Le
Publications
Par

TechShop, laboratoire d'innovations pour Ford et Détroit

Epicentre de l'industrie automobile au 20ème siècle, berceau du fordisme qui sera une des pierres angulaires de la société de consommation d'après-guerre, Détroit n'est aujourd'hui plus que l'ombre d'elle-même. En 1950, à son apogée, la ville comptait environ 2 millions d'habitants mais avec le développement de l'automatisation et de nombreuses délocalisations, le nombre d'habitants n'a cessé de décliner pour atteindre environ 700.000 personnes à l'heure actuelle. Des milliers de bâtiments ont été rasés, d'autres laissés à l'abandon, beaucoup de personnes ont perdu leur maison et leur emploi.

La destruction du Détroit d'hier en fait cependant un terreau fertile au développement de nouveaux projets, et les faibles coûts immobiliers attirent artistes et entrepreneurs. Le maker space TechShop, qui a ouvert ses portes en 2013 dans un parc d'activités en périphérie de la ville, est un témoin de cette tendance. A la fois hackerspace, espace de formation, de fabrication et de prototypage, TechShop permet à tout un chacun d'accéder, moyennant un abonnement, à des équipements et logiciels professionnels d'une valeur cumulée de plus d'un million de dollars. Outre les machines, l'accès au lieu permet d'entrer en contact avec une communauté de bricoleurs et une équipe de "consultants de rêve" (Dream consultant) apportent leurs conseils et assurent des formations (pour savoir plus sur les maker spaces, lire notre article ici ).

Dés l'ouverture du premier TechShop à San Francisco en 2006, Bill Brick, l'actuel manager du site de Détroit, considère comme une évidence la pertinence d'étendre le réseau dans la Motor City. Tout en nous faisant visiter les locaux, il commente avec humour : "En Californie, quand les gens voient un maker space, ils s'écrient "Wouah ! on peut fabriquer des choses nous-mêmes ! Détroit est une ville industrielle, c'est dans l'ADN des habitants de bricoler". La force de ses arguments n'a cependant pas suffit à convaincre d'emblée les fondateurs de TechShop. Le modèle d'affaire du lieu exige un minimum de 800 membres et le contexte local ne semblait pas propice à l'ouverture d'un TechShop à Détroit. La donne change fin 2012 avec la proposition de partenariat de Bill Coughlin, PDG de Ford Global Technologies .

Le TechShop de Détroit suit en effet un modèle particulier . Ford a mis à disposition un local de plus de 1.500 m2 et apporte son soutien à travers l'abonnement annuel de 500 membres. Pour Bill Coughlin, ce partenariat est une opportunité de soutenir la créativité de ses salariés. Ceux d'entre eux qui ont une idée d'invention se voient offrir trois mois d'abonnement pour profiter de cette cour de jeu pour Géo Trouvetout. Les projets sont variés : inventions permettant d'améliorer le confort des sièges de la voiture, système pour faciliter le désenneigage, mécanique d'aération, etc. En outre, les employés qui créent des produits brevetables liés à l'industrie automobile reçoivent une partie des revenus liés au brevet. Depuis les débuts de cette collaboration, le dépôt de brevets de l'entreprise a augmenté de 30%.

La possibilité de renforcer ses liens avec la communauté des makers est un des autres bénéfices que le Groupe peut attendre de ce partenariat. Les salariés de Ford ne représentent en effet que la moitié des utilisateurs du lieu. Des entrepreneurs, professionnels freelances, étudiants en arts ou ingénieurs ou encore des artistes profitent également de l'offre de cet espace. "Cette diversité est saine", commente Bill Brick. Même s'il existe un biais certain, le site n'est pas un laboratoire d'expérimentations dédié exclusivement à l'industrie automobile. Et de citer le cas de cet artisan qui utilise TechShop pour construire des violoncelles. Au total, le manager du lieu estime à 15% la part des projets liés au secteur automobile mais qui ne sont pas portés par des employés de Ford.

Si le futur de l´innovation est dans les mains des salariés et clients de l´entreprise, le Groupe a fait un bond en avant en enclenchant ce partenariat inédit et audacieux.

Partager cet article