Face au développement des plateformes d'e-commerce faisant la promotion du "terroir urbain", Chronos a rencontré Claude Le Brize, fondateur de DropBird.
Le
Publications
Par

Rencontre avec Claude Le Brize de DropBird, plateforme d'e-commerce hyperlocale

Les plateformes d'e-commerce faisant la promotion du "terroir urbain", que constituent petits commerçants et artisans, se développent progressivement : Nearshop , adoptée à Liège ou encore Mons (Belgique), propose ainsi un services d'achat en ligne et de livraison à domicile auprès des commerces du centre-ville ; MonGrandQuartier , à Rennes, offre une vitrine numérique commune à une sélection de commerçants pour faciliter le repérage en ligne par les consommateurs ; Made in New York cherche, quant à elle, à encourager l'activité d'artisans locaux en valorisant des produits exclusivement fabriqués sur le territoire new-yorkais. Parmi ces pionniers de l'hyperlocal 2.0, la solution d'e-commerce de proximité, DropBird, imaginée par Claude Le Brize et expérimentée à partir de février 2015 dans plusieurs villes de Bretagne, a attiré notre attention. L'entreprise propose, en effet, un service de mutualisation des moyens de communication et de référencement des commerces de proximité autour d'un site Internet de "click and collect" (commander en ligne puis aller récupérer son achat dans une boutique), adossé sur des espaces d'accueil en gares SNCF.

Entretien avec Claude Le Brize, le fondateur de DropBird, un service né d'un partenariat avec SNCF Gares & Connexions. Il espère rallier rapidement le Groupe Bolloré dans l'écosystème tandis que la Banque populaire Caisse d'épargne a d'ores et déjà proposé une convention de partenariat.

Comment décririez-vous le service DropBird  ?

DropBird est la combinaison d'un site web (en cours de développement), d'un système de livraison et d'un espace de distribution mutualisés entre petits commerçants, expérimentés à partir de février 2015 en Bretagne. Les commerçants s'abonnent au service DropBird. En échange, celui-ci leur fournit une page de vente en ligne dédiée à leurs boutique et un référencement de leurs produits sur un moteur de recherche commun à tous les adhérents. L'idée est donc de faire du e-commerce un mode de vente compatible avec le fonctionnement de petites commerces de proximité et de mettre ces derniers en adéquation avec les modes de vies actuels.

Très concrètement, le consommateur peut se connecter directement sur le site de son magasin préféré ou bien passer par le moteur de recherche de DropBird. Il paie sa commande via notre site Internet, qui rémunère le commerçant une fois la période d'annulation possible écoulée. DropBird assure alors la récupération de la commande en magasins au moyens de véhicules légers (vélos, scooters électriques...), et signale en temps réel au consommateur à quel moment il pourra la récupérer. La commande est, ensuite, livrée dans un espace dédié, le "Hubstore", situé dans chaque gare SNCF partenaire (à Landerneau, Brest, Quimper et Morlaix). Nous avons un objectif de 200 commerçants partenaires d'ici à cet été sur ces gares et nous concevons actuellement une méthode d'évaluation du projet. Nous travaillons sur une série d'indicateurs permettant de juger de la pertinence de notre modèle économique en fonction des premiers résultats.

La femme au panier - © Philippe Gargov, 2009

Qu'est-ce qui différencie DropBird d'autres services d'e-commerce de proximité ?

DropBird, c'est avant tout un partenariat inédit entre des acteurs aux horizons multiples mais aux intérêts convergents : SNCF Gares & Connexions, qui valorise ainsi son patrimoine et s'inscrit un peu plus dans une logique d'intégration des services du quotidien ; le Groupe Bolloré qui fournit les véhicules pour acheminer les marchandises vers le Hubstore ; la Banque populaire Caisses d'épargne qui fait la promotion du service auprès des petits commerçants inscrits chez elle ; mais aussi Telecom Bretagne ou encore le Conseil régional de Bretagne : la start-up est  incubée par le premier depuis six mois, et reçoit le soutien du second (ainsi que de Bretagne Développement Innovation) en tant que "Pépite" à fort potentiel de développement économique

DropBird est aussi un écosystème global qui implique tous les acteurs de la chaîne de vente dans un fonctionnement en circuits courts : les commerçants disposent d'une vitrine de leur savoir-faire, les usagers bénéficient d'un service sur leur parcours quotidien, les collectivités valorisent leur centre-ville, la SNCF élargie son offre de services... De plus, avec l'application DropBird en cours de développement, il est possible d'envisager la collecte des données qui permettraient d'améliorer la connaissance que les collectivités ont des déplacements des usagers de leur territoire (quels sont les trajets récurrents, les besoins de services).

Pourquoi choisir les gares pour la distribution des achats ?

Pour la SNCF, DropBird s'inscrit dans la droite lignée de son Plan Excellence 2020 : le projet est une opportunité d'expérimenter une approche des services sur laquelle l'entreprise est encore peu présente. Pour DropBird, s'implanter dans les gares est une opportunité pour gagner en visibilité auprès des usagers. C'est aussi une occasion unique de s'adresser très directement aux pendulaires, c'est-à-dire les usagers qui effectuent des déplacements domicile-travail. Enfin, et à terme, d'autres services et d'autres cibles pourraient être greffés à DropBird, ce qui permettrait de proposer une offre de services plus globales et de créer un véritable lieu de convergence numérique sur la gare.

Partager cet article