UK flag

Quelle mutualisation, polyvalence et optimisation des espaces et équipements publics pour les collectivités et municipalités.
Le
Publications
Par

L’architecture évolutive #3 - Pour les collectivités : mutualisation et polyvalence dans les équipements publics

Les billets précédents, consacrés à l'usage évolutif des espaces sur le temps long puis le temps court , ont expliqué et illustré les leitmotivs actuels autour de l'évolutivité du bâti et de la polyvalence des lieux. Le présent article revient sur la manière dont des acteurs publics se sont saisis de la question, à travers l'analyse d'équipements publics mettant en oeuvre de tels principes en Corée du Sud, en France et au Danemark.

Si les projets ici présentés vont tous dans le sens d'une optimisation de l'usage des espaces et d'une ouverture des équipements publics aux habitants, ils répondent néanmoins à des stratégies spécifiques. Dans les exemples de Seoul Sharing city, du pôle Molière des Mureaux et du programme Skole+ au Danemark, ce sont ainsi la volonté d'améliorer le quotidien, la recherche d'une mixité sociale ou la redéfinition de la place de l'école dans la ville qui guident la mise en oeuvre des projets, dépassant les seules questions économiques.

A Séoul, l'optimisation de l'usage des bâtiments publics s'inscrit dans une stratégie globale de partage et vise à améliorer le quotidien dans une ville très dense.

La municipalité de Séoul met à disposition de ses administrés les bâtiments municipaux lorsque ceux-ci ne sont pas utilisés, notamment le soir et le week-end. Les citoyens peuvent ainsi disposer gratuitement ou à faible coût de ces locaux, pour des réunions associatives par exemple. En trois ans, 970 espaces ont été ouverts au public et utilisés à 23.000 occasions. Cette mesure s'inscrit dans le programme "Sharing City" , lancé en septembre 2012 par le Seoul Innovation Bureau et activement soutenu par le maire Park Won-Soon.

Les actions phares de ce programme de partage incluent la mise en place d'un Airbnb national (BnB Hero), la création de bibliothèques de jouets et d'outils (des objets chers et sous-utilisés), l'échange d'habits d'enfants, le partage de places de parking, la location de chambres chez des personnes âgées en échange de services du quotidien ou encore la mise en place d'une politique de soutien aux entreprises engagées dans la voie du partage (les "sharing companies").

Source : bit.ly/1P0ELcA

Les acteurs publics qui portent le projet ambitionnent de redonner du sens au lien communautaire, de développer les relations de confiance et de multiplier les opportunités hyperlocales d'innovation sociale en impliquant les usagers. Alors que les ressources de la ville sont sous tension, un changement d'attitude devient urgent : la densité de la population (supérieure de cinq fois à celle de New York), son vieillissement ainsi que les hauts niveaux de pollution expliquent le déploiement d'une telle stratégie.. La mise à disposition des bâtiments municipaux auprès du public entre ainsi dans une volonté plus générale de promouvoir une économie du partage, optimisant l'utilisation des espaces et des objets et favorisant l'entraide pour rendre le quotidien des Séoulites plus confortable.

Aux Mureaux, un pôle éducatif mutualisé et polyvalent permet à la collectivité de donner corps à sa vision de la vie en société et du rôle des équipements publics.

Le pôle Molière des Mureaux (Yvelines), porté par la collectivité et son mandataire, la SEM 92, est un équipement public dédié à la fois à la petite enfance, à l'enseignement primaire et aux arts manuels. Ouvert à la rentrée scolaire 2014 dans un quartier en rénovation urbaine, il est multifonctionnel, mutualisé, polyvalent et évolutif. L'équipement rassemble une école maternelle, une école élémentaire, une crèche, un restaurant scolaire, un centre de loisirs, une ludothèque, une salle multimédia, une salle à dominante sportive et des salles d'activités (reprenez votre souffle !).

Source : bit.ly/1RbFvNb

A cette richesse programmatique s'est ajoutée la volonté de la collectivité de permettre à cet équipement d'être utilisé au maximum, par le plus grand nombre de personnes possibles. Des espaces restent réservés aux enfants, comme la crèche ou les salles de classes, mais les autres sont mutualisés. Les salles d'activité, la salle de sport, la ludothèque ou la salle de motricité sont ainsi utilisées par l'Education Nationale mais aussi par les services municipaux et le tissu associatif (avec des conventions de prêt ponctuelles ou annuelles). A terme, l'ambition est que l'ensemble des espaces, à l'exception de la crèche, soient mutualisés entre les différents publics.

Les usages sont diversifiés, allant des besoins réguliers (cours de tai-chi, de théâtre, réunions de l'association des retraités,...) aux évènements (exposition, assemblée,...). Le restaurant scolaire dispose d'un vidéo-projecteur, d'un écran et de rideaux d'occultation pour se transformer en salle de conférence, de cinéma, de concert ou des fêtes, pouvant accueillir jusqu'à 100 personnes. Les cours de récréation sont également ouvertes au public durant les vacances (une mesure qui devrait être étendue aux autres établissements scolaires).

*

Source : bit.ly/1ZPk06g

Comparée à une opération sans mutualisation, le partage des surfaces a permis une économie du coût global de l'équipement (de l'ordre de 30% du montant des travaux et de 60% de surfaces construites). L'utilisation des lieux toute l'année, toute la semaine et toute la journée (8h - 22h) permet en outre d'optimiser les dépenses réalisées.

Bel exemple de maîtrise des dépenses publiques, le pôle Molière est également, et avant tout, une opération exemplaire en matière de qualité sociale et urbaine. Une forte appropriation par les habitants du quartier et des Mureaux peut d'ores et déjà être observée. Si le public est principalement composé de parents d'élèves, la volonté du Maire est bien d'ouvrir le pôle à tous. Les actions menées vont dans ce sens et cherchent à faire venir des publics qui ne seraient pas venus spontanément sur ce site. Le pôle bénéficie aujourd'hui d'un rayonnement communal, voire intercommunal.

Les principes de polyvalence du pôle Molière ne peuvent ainsi être résumés à un seul objectif d'économies : le projet porte avant tout l'ambition de créer un équipement permettant l'exercice d'un grand nombre d'activités par des publics différents. Sa polyvalence lui permet de s'adapter rapidement aux besoins. La collectivité locale traduit ici sa vision du rôle des bâtiments publics et d'une vie en société riche d'opportunités et de rencontres.

Au Danemark, la redéfinition des espaces de l'école encouragée par le programme Skole+ se fait support d'une nouvelle manière d'apprendre et d'une autre relation au mouvement.

Au Danemark, le récent programme Skole+ invite les écoles élémentaires publiques à repenser leurs espaces intérieurs de sorte à favoriser le mouvement et à permettre une pratique sportive ludique (courir dans les couloirs est par exemple encouragé). Il appelle également à une plus grande ouverture de l'école sur la ville : l'utilisation de l'équipement par des associations et des clubs sportifs locaux constitue l'un de ses enjeux forts.

Porté notamment par la Confédération des sports du Danemark (DIF) et deux fondations, Skole+ offre un accompagnement et une aide financière à six projets retenus en 2015 et actuellement mis en oeuvre. Financés pour moitié par les collectivités locales propriétaires des écoles, ils doivent rendre les installations existantes plus qualitatives et permettre une optimisation de leur usage.

Source : bit.ly/1Tnh7rY

Le projet de l'école de Stokkebæk vise par exemple à permettre une utilisation des locaux pour de multiples activités : football, handball, exercice, fitness, parcours, yoga, enseignement, jeu, etc. Ces activités pourront être réalisées par les élèves mais aussi par les clubs de sport locaux, qui ont pris part à la conception du projet, à l'instar de tous les autres usagers - élèves et instituteurs. L'agrandissement du gymnase et le travail sur les autres espaces doit permettre à l'école d'accueillir des évènements sociaux, culturels et sportifs locaux.

L'objectif n'est pas tant d'optimiser l'usage des équipements mais de faire de l'école un point focal de la ville où l'enseignement, le jeu et le mouvement contribuent à construire les citoyens.. Il s'agit de développer une culture où le mouvement fait partie intégrante de l'apprentissage. Cette stratégie s'inscrit dans la refonte de l'école publique au Danemark, enclenchée il y a deux ans. La polyvalence des espaces se fait ici le support d'une nouvelle pratique spatiale qui doit changer le rapport à l'enseignement et au mouvement.

Des modèles non génériques

Réponses à un objectif de maîtrise des dépenses publiques mais aussi à des enjeux sociétaux, les équipements publics qui intègrent des principes de mutualisation et / ou de polyvalence sont présentés comme des modèles à suivre par les acteurs publics. Séoul a lancé un groupe d'échange sur les initiatives de partage (le Sharing Economy Advisory Group) ; les écoles retenues par Skole+ acquièrent un statut d'exemple et doivent accompagner un mouvement national ; le pôle Molière des Mureaux a été salué par le gouvernement français et fait l'objet de nombreuses visites d'élus.

Cette tendance à un usage évolutif des espaces cache une pluralité de stratégies. La mise à disposition des bâtiments municipaux de Séoul auprès du public permet une optimisation rapide de leur utilisation, devenue nécessaire dans une ville si dense ; le pôle Molière défend un projet de vie en société valorisant une mixité sociale et un rôle moteur des équipements publics ; les écoles municipales soutenues par Skole+ portent enfin une vision renouvelée de l'enseignement. L'idée d'un usage évolutif de l'espace n'appelle ainsi pas de réponse unique et doit être lue au regard des contextes particuliers et des ambitions des acteurs publics.

Pour aller plus loin :

La présentation du pôle Molière par l'agence d'urbanisme de Bordeaux : bit.ly/207cKq2 (pdf)

Partager cet article