UK flag

Sharette, application mobile d'organisation et de réservation de trajets, se base sur les données ouvertes de transport public. Entretien avec son co-fondateur.
Le
Publications
Par

3 questions à Grégoire de Pins, co-fondateur de Sharette

Après de premières expérimentations malheureuses, le marché du covoiturage courte distance en "temps réel" ou dynamique est-il assez mûr pour émerger ? C'est le pari que font de nombreuses start-up franciliennes comme Karos , Wayz-Up , OuiHop , MaPool ou Sharette .

Sharette, application mobile d'organisation et de réservation de trajets qui couplent transports en commun et covoiturage en Île-de-France, se base sur les données ouvertes de transport en commun d'une part et jusqu'ici sur des communautés de covoitureurs (campus d'écoles ou zones d'activités en périphérie) afin de proposer des trajets multimodaux ou intermodaux au tarif unique de 2,36 euros quelle que soit la distance parcourue. Deux euros qui reviennent de droit au conducteur ; 36 centimes sont reversés à Sharette pour financer le service.

Le service, disponible uniquement sur mobile, compte à ce jour 3.500 inscrits.  Dans le cadre de la fermeture d'une partie du RER A pendant l'été, la start-up vient de signer un partenariat avec la RATP, qui intégrera le covoiturage proposé par Sharette dans son caculateur d'itinéraires. (voir ici notre entretien avec Stéphanie Bourgeais, responsable marketing et projets à la RATP ). L'occasion pour la start-up de se lancer à l'assaut du grand public, et pour nous de faire le point avec Grégoire De Pins, co-fondateur.

Quelles opportunités ce partenariat avec la RATP représentent-elles pour vous ?

C'est un soutien clé pour notre lancement grand public et totalement cohérent avec notre vision qui est de repenser la voiture comme un transport en commun. Nous visons une communauté de 75.000 inscrits à la fin de cette expérimentation. Nous pouvons compter sur un appui technologique d'abord. L'application mobilité de la RATP va intégrer les trajets de covoiturage de la communauté Sharette dans le calcul de ses recherches d'itinéraires. Les usagers seront donc avertis lorsqu'un trajet de covoiturage correspond à leur itinéraire au moyen d'un bouton « covoiturage » dédié. S'ils choisissent cette option, ils seront redirigés vers notre application pour finaliser leur réservation. Le seul geste supplémentaire à faire pour eux est de télécharger l'application Sharette s'ils ne l'ont pas encore.

Sharette sera aussi relayée sur les supports d'information de la RATP : affichage dans les bus, en stations, sur les réseaux sociaux et le site web de la régie.  Nous mettons également en place un plan de communication ensemble afin de démocratiser le covoiturage urbain auprès des Franciliens.

Comment envisagez-vous le passage de communautés fermées  à une échelle grand public ?

Nous avons une dizaine de communautés fermées et actives aujourd'hui en Ile-de-France qui représentent 3.500 inscrits. Nous les mettons au courant de l'ouverture via notre communication sur les réseaux sociaux. Techniquement, il n'y aura pas beaucoup de changement pour eux. L'inscription à une communauté précise sera supprimée et tous les usagers auront accès à l'ensemble de l'offre. L'augmentation du nombre d'usagers décuplera les chances de trouver un conducteur ou un passager sur son chemin.

Quels freins sont à lever pour le succès du covoiturage dynamique ?

Sharette existe depuis plus de deux ans sur des communautés fermées. Ces deux années nous ont beaucoup appris sur les facteurs clés de succès et les obstacles du covoiturage urbain. Une masse critique suffisante et qualifiée est notamment nécessaire pour que le covoiturage urbain soit une réussite pérenne. Notre lancement grand public de cet été s'inscrit dans cette vision : fusionner les communautés pour ne faire qu'une seule communauté francilienne et donc passer cette masse critique. Ceci, en plus de la multimodalité, permet d'assurer des covoiturages à toute heure de la journée et donc inscrire le covoiturage dynamique dans les habitudes de mobilité urbaine.

Les principaux facteurs clés de succès (et donc obstacles à surpasser) au covoiturage courte distance sont selon nous

  • un produit simple qui s'insère parfaitement dans les habitudes de vie de tous, sans imposer aucune contrainte
  • la taille et le dynamisme de votre communauté
  • la réponse à un besoin précis de la communauté
  • des valeurs fortes dans lesquelles les utilisateurs peuvent se reconnaître

Note : l'application Sharette a fermé ses portes début 2016.

Partager cet article