UK flag

Conférences

Alors que les outils numériques se sont imposés dans les usages urbains et que de plus en plus d'acteurs du numérique se réclament de l'intérêt général, quel rôles et postures peut adopter l'acteur public ?
 
 
Dans ce contexte, le rôle de l'acteur public s'étend au delà de la seule ouverture de ses données. Les collaborations entre acteurs publics, privés et citoyens se nouent de plus en plus autour de la donnée partagée ou shared data (données coproduites et/ou partagées entre acteurs dont l’accès et l’usage n’est pas libre et ouvert à tous). Les nombreuses initiatives déjà lancées en ce sens à Lyon, Montpellier, Rennes, aux Pays-Bas ou en Grande Bretagne dessinent autant de manières de penser le rôle de l'acteur public, les modèles économiques et la structuration du jeu d'acteur territorial.
 
Le bilan de ces différentes expérimentations montre la difficulté de passer de l'expérimentation à la structuration de collaboration pérennes et questionne la place de la collectivité territoriale, au delà de la seule animation de réseau.
 
Pour accroître le pouvoir d’agir des maires et de leurs services dans cette nouvelle donne numérique, il est nécessaire de renforcer leurs capacités d’analyse et d’arbitrage concernant les enjeux liés à la donnée et aux dataservices. Cette capacitation des collectivités doit tenir compte des différents niveaux de maturité des collectivités, entre celles qui adoptent des solutions clés en main, les pionnières de l'Open data, les néophytes curieuses et les collectivités réticentes. 
 
Retrouvez ci-desssous le contenu complet de cette intervention : 
 
smart city interet general
 
 
 
Partager cet article

Conférences

Le 25 septembre 2019, Jean-François Lucas, sociologue "Ville numérique" chez Chronos, était invité par la Chaire ETI à intervenir lors de la 5ème Masterclass des Canaux

Grâce aux données numériques qu’ils exploitent, des acteurs privés issus du numérique sont désormais des producteurs de l’urbain, tant au niveau de son cadre bâti que de ses fonctions (se loger, se déplacer, se nourrir, se rencontrer…). Dans ce contexte, comment garantir l’intérêt général favorisant, notamment, la transition énergétique et écologique et l’inclusion sociale ?

Pour plus d'infos sur le contenu de cette conférence, vous pouvez également consulter le résumé synthétique, disponible sur le site "Les Canaux". 

 

 

Partager cet article

Conférences

Avec son opération "L'Obs 2049", le magazine L'Obs s'est engagé dans une démarche prospective visant à imaginer l'évolution de nos modes de vie, nos habitudes culturelles, notre capacité à faire société ou à habiter la terre dans une trentaine d'années. Au croisement de tous ces enjeux, la mobilité apparaît comme un sujet incontournable.

L'Obs organisait, ce mardi 25 juin au Pavillon de l'Arsenal à Paris une soirée-conférence sur la mobilité urbaine en 2049. Léa Marzloff, directrice analyse et études chez Chronos y était invitée dans le cadre de la table ronde "Comment vivra-t-on dans la ville de demain ?".

Une question pertinente, tant nos mobilités et la manière dont nous vivons sont liées... A ce titre, Léa Marlzloff a nottament évoqué quelques chiffres clés de l'Observatoire des Mobilités Emergentes, étude menée tous les deux ans par Chronos et l'ObSoCo :

  • 60 % des français considèrent leur mobilité quotidienne comme un temps subi. 
  • 20 % seulement des français peuvent faire varier leur lieu de travail selon les circonstances (train en panne, enfant malade, etc...), contre 40 % en Allemagne. Une question qui s'applique bien entendu aux seuls emplois télétravaillables. Au delà de ces cas, comment repense-t-on la mobilité de ceux qui ne peuvent travailler ailleurs ?
  • Cette question de l'emploi est clé et peut se superposer avec des contraintes spatiales : seulement un habitant sur cinq a le choix de sa mobilité en zone rurale (contre plus de trois sur cing dans les centres villes des métropoles). 

Ces paramètres apparaissent alors comme des éléments clés à prendre en compte dans la conception d'une mobilité apaisée à l'horizon 2049 ! 

Cette intervention a été l'occasion également de rappeler que la prospective se nourrit d'une connaissance fine du passé. Plus que de nouveaux modes de transports, les changements majeurs intervenus depuis 1989 ont été de l’ordre de la sécurité, de la santé publique, et une exigence toujours plus grande de vitesse et d'efficience du système mobilité. Alors que la rapidité est toujours le premier critère de choix dans la mobilité quotidienne des Français, la lutte contre les externalités de nos déplacements et la prise en compte des changements climatiques est désormais l'un des thèmes phares à prendre en compte dans la conception des mobilités. Il n'est plus possible de faire l'économie d'une réflexion sur le climat, fil rouge déroulé par presque tous les participants à cette soirée !

Retrouvez l'intégralité de ces échanges en vidéo : 

Conférences

Le 2 avril dernier, le Smart City Tour s’est arrêté dans la ville de Chartres. L’événement réunissait des experts de la ville intelligente pour une demi-journée d’interventions et de tables rondes autour des enjeux particuliers aux villes moyennes et petites dans le développement de la smart city. À cette occasion, Jean-François Lucas, sociologue chez Chronos, a présenté DataCités 2.

Menée par Le Lab Ouishare x Chronos, cette deuxième saison de l’exploration DataCités est conçue comme un programme d’expérimentation autour de la conception de data services urbains sur les territoires. Cinq collectivités sont accompagnées aujourd’hui : Antony, La Rochelle, Poitiers, Pompey et Genève.

L’objectif global de cette exploration est d’accompagner ces villes dans le développement de « projets supports » qui leur permettront de se roder à l’expérimentation, au déploiement et à la mise en place de services urbains numériques respectueux de l’intérêt général. Stationnement urbain, gestion des déchets, énergie et transition énergétique via l’internet des objets… Chaque ville se concentre sur un service en particulier et chacune pourra ensuite apprendre des autres.

Au cœur de cet enjeu des datas services urbains, les stratégies d’usage, de partage et de gouvernance de la donnée, notamment entre acteurs publics et privés, constituent un point crucial. Datacités 2 vise donc à faire émerger différentes méthodes pour organiser la collaboration avec les acteurs privés qui proposent des datas services et pour co-construire avec eux des solutions qui serviront l’intérêt général.

Officiellement lancée le 11 mars, le rapport final de cette deuxième saison sera dévoilé en octobre prochain.

Pour en savoir plus : 

 

 
Partager cet article

Conférences

Les 18 et 19 mars derniers, le Ministère de l’Emploi organisait à Paris la 5ème édition du Village FSE consacré aux nouvelles approches de l'emploi et de l'insertion. Près d’un millier de participants se sont retrouvés au Cent Quatre pour cet événement qui proposait cet année un focus particulier sur la transition numérique et son impact sur l’insertion et la formation professionnelles.

Philippe Archias, Directeur Innovation et Recherche chez Chronos, a participé à la conception de cet événement en apportant son expertise et ses connaissances croisées des écosystèmes du numérique et de l’emploi.

Comment accompagner la transition numérique des métiers traditionnels ? Comment les acteurs de l’insertion peuvent-ils intégrer le numérique et ainsi augmenter les débouchés professionnels de leur public ?

Comment le numérique peut-il générer de nouvelles opportunités pour l’accès à la formation et à des emplois de qualité ?

Autant de problématiques soulevées par Chronos et qui ont donné lieu à des tables rondes animées par nos équipes. Autour de la table, se sont retrouvés des acteurs du monde social, des professionnels de la formation, des entreprises et des institutions. Parmi eux Simplon.co, une entreprise solidaire qui forme gratuitement aux métiers du numérique, Label Emmaüs, la boutique en ligne d’Emmaüs, France Stratégie, Pôle Emploi, ou encore Reconnect, une plateforme de stockage et de partage qui facilite les démarches d'accompagnement social.

Ces tables rondes furent l’occasion de confronter leurs pratiques et problématiques pour identifier les défis communs à relever. 

L’événement a été clôturé par Murielle Pénicaud, Ministre du travail.

 

IMAGE VILLAGE FSE

Pour en savoir plus : http://www.fse.gouv.fr/le-village-des-initiatives-fse

 





Partager cet article

Conférences

Les numériques au coeur des inclusions sociales et territoriales. C'est le thème de la table ronde à laquelle participera Philippe Archias, le jeudi 11 avril (16h-20h), à l'occasion du séminaire Lab "Vivons nos #villes ! Quels #futurs, quelles #transformations, quels acteurs ?" de l'Institut Esprit Service

Interviendront également lors de cette table ronde : 

  • Eskandar Benaicha, Responsable du pôle communication digitale, UNICEF France
  • Pierre Ferrari, Directeur de la Stratégie Numérique-Chef de Projet Modernisation / Ville d’Arras
  • Jean Michel Morer, Maire de Trilport (Seine & Marne)

Pour plus d'informations, contacter Alain Tedaldi, directeur de l'Institut Esprit Service 

Partager cet article