Le
Prospective
Par

Repenser la place du commerce dans les territoires à horizon 2025 avec le PICOM

Quelles fonctions peuvent incarner les espaces de vente dans les organisations territoriales de demain ? Dans quelle mesure le commerce peut-il proposer de nouvelles formes de relations avec les usagers-clients ?

Telles sont les problématiques que nous avons exploré durant six mois avec le Pôle de compétitivité des industries et du commerce (PICOM) et ses partenaires lors de l'accompagnement du programme sur "La place du point de vente dans les parcours clients à l'horizon 2025".

Les stratégies d'implantation des commerces, les relations avec les clients, les problématiques de logistique, la distribution des services publics, la prise en compte des conséquences environnementales... Tout l'écosystème du point de vente est chamboulé. Les commerçants doivent anticiper les évolutions actuelles et à venir des territoires pour mieux répondre à l'évolution de leurs besoins tout en s'assurant une rentabilité suffisante pour s'y maintenir.

Un programme de prospective participatif pour accompagner la transformation du point de vente

Pour anticiper au maximum ces évolutions, le PICOM (Pôle de compétitivité des industries et du commerce) anime depuis 2013 un programme de recherche sur "La place du point de vente dans les parcours clients à l'horizon 2025", avec trois axes majeurs :

 

Pour animer l'axe de recherche n°2 sur les interactions entre points de vente et territoires à horizon 2025, le PICOM a mandaté Chronos pour créer les conditions d'émergence d'une vision partagée entre les acteurs (territoires, enseignes, chercheurs, experts). L'objectif de cette démarche prospective était d'apporter des pistes d'actions face aux nouveaux équilibres entre commerces et territoires : quelles implantations et types de commerces proposer par rapport aux évolutions de formes et de pratiques urbaines ? Quelles fonctions de "proximité" et d'urbanité pourront proposer les points de vente demain ? Mais aussi quelles relations nouvelles imaginer entre collectivités et enseignes ?

Sept enseignes et collectivités ont co-construit la démarche :

 

Un référentiel stratégique pour orienter les actions croisées commerces-territoires

Une connaissance collective a ainsi été produite en ateliers réunissant des parties prenantes, experts et praticiens, selon des méthodologies de partage de connaissance, de créativité et de design. Trois ateliers, reflétant les trois grands enjeux de la problématique, ont été organisés en 2015.

  • Atelier 1 : Quelle adaptation de l'appareil commercial aux évolutions des territoires ?
  • Atelier 2 : Quelle évolution des formes de proximité commerçant-client ?
  • Atelier 3 : Quelle évolution de la relation commerce-territoire ? le cas lillois

La démarche en ateliers a permis de définir un référentiel stratégique* qui propose des grandes orientations à développer dans les territoires, orientations illustrées par des exemples concrets déjà développés ainsi que par des pistes d'actions à mener.

 

Si le référentiel stratégique propose une vision systémique des transformations à opérer, les actions à mettre en oeuvre peuvent facilement être implémentées individuellement par les enseignes, comme autant de briques applicatives, pour facilité leur opérationnalité et permettre aux commerces d'expérimenter avant un déploiement plus large.

Des pistes d'actions pour des expérimentations rapides

Chaque objectif à atteindre par les commerces est concrétisé par une action que les enseignes sont invitées à développer, elle-même illustrée par des projets innovants déployés en France et à l'étranger.

Des pistes d'actions innovantes, coproduites avec les participants aux ateliers, sont également proposées en tant que logiques servicielles répondant à un besoin particulier commun aux commerces, aux individus et à un territoire donné.

Exemple pour l'objectif "Contribuer au développement d'un commerce citoyen" : Améliorer l'accès aux points de vente pour les publics "fragiles" avec la plateforme Co-Courses

 

CO-courses est un service visant à améliorer l'accès du point de vente et à ses ressources pour les seniors et les publics "fragiles". Renseignée par le réseau des acteurs sociaux locaux (associations, maisons de retraites, services municipaux, ...) la plateforme CO-Courses s'appuierait sur les clients résidant à proximité pour permettre aux seniors ne pouvant pas accéder au point de vente d'y être emmenés. En échange, les clients bénéficieraient d'offres privilégiées (accès coupe-file aux caisses, places de parking dédiées, etc.).

Des bénéfices pour les commerces, le territoire et les usagers

L'ensemble des recommandations est formulé suivant une logique "gagnant-gagnant" pour les trois parties prenantes que sont les usagers, les territoires et les commerces, répondant par exemple au déficit de maillage du service public dans certains espaces, aux besoins d'accessibilité des usagers et aux problèmes de vacance des espaces commerciaux.

Autant d'actions à implémenter rapidement, et qui feront l'objet d'un travail ultérieur sur les modèles économiques dans le cadre du programme de recherche du PICOM.

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article