Listing des derniers dossiers

Start-up collaboratives vs municipalités: le choc des cultures


09 07/2014 de Anne de Malleray et Laurent Barelier

Série "Collectivités et économie collaborative", épisode n°1

Uber, Airbnb, Taskrabitt, Drivy..., les start-ups de l'économie du partage rencontrent un succès croissant. Les deux premières, qui sont aussi les plus connues, sont valorisées à 10 milliards et 17 milliards de dollars. Soumis à des réglementations strictes, les acteurs historiques du secteur voient ces nouveaux concurrents, peu soucieux des règles établies sur leurs marchés, d'un mauvais oeil. Dans les villes où ces services s'implantent, les autorités locales sont confrontées au paradoxe de mettre des bâtons dans les roues à des services novateurs et plébiscités par les usagers pour défendre les intérêts des acteurs historiques menacés. La tentation est forte d'y voir une administration coupée des usages, influencée par les lobbys, et obsédée par la régulation. La réalité est autrement plus complexe. Dans les villes où ces services s'implantent au nez et à la barbe des autorités, les interdictions cèdent parfois la place à des formes de coopération fondées sur des intérêts bien compris ou dégénèrent en guerre des prix (Uber a ainsi réduit ses tarifs de 20 à 25 % dans une vingtaine de villes américaines pour forcer le passage).

Santé : des villes qui font bouger leurs habitants


05 06/2014 de Caroline de Francqueville et Laurent Barelier

Rester assis tue plus que le tabac : au-delà de son titre provocateur, l'article du Monde révèle que la sédentarité est désormais un problème de santé publique, dont on ne parle pas assez. Cette "maladie de la prospérité" est due en partie à l'organisation de notre travail, mais également à notre environnement urbain et nos pratiques de déplacements, plus au moins "saines" selon notre quartier de résidence, nos habitudes, nos contraintes et les options de mobilité dont nous disposons. 

Selon les spécialistes, le remède serait simple : 30 minutes de marche par jour pour tous ! La réalité est cependant plus complexe. Le cadre urbain ne se prête pas également à la pratique des modes actifs sur l'ensemble des territoires, les individus n'ont pas tous accès aux mêmes services, les modes de vie sont difficiles à changer ... Comment dès lors faire en sorte que la ville améliore notre santé, entendue au sens de l'OMS : "un état complet de bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité " ?

Les liens entre aménagement urbain et pratique d'activités physiques incitent les urbanistes à se saisir du sujet. A quelles échelles agir ? Quels sont alors les aménagements favorables à l'activité physique ? Suffisent-ils à installer des changements de pratiques et de nouvelles habitudes sur le long terme ?

Sept hypothèses pour une cohérence des proximités


30 04/2014 de Bruno Marzloff

"La quête du territoire parfait est un leurre", disait la Datar en 2002. "Nous avons atteint les limites du modèle urbain fondé sur le zoning", dit aujourd'hui François Bertière, PDG de Bouygues Immobilier. Ces propos résonnent avec les hiatus considérables qui surgissent entre territoires de vie et de gouvernance. 
Les débats actuels qui président aux aménagements des régions, métropoles et autres intercommunalités sont tendus. Ils procèdent d'une lecture descendante du territoire, d'une vue d'en haut. Elle gagnerait à se nourrir d'un regard symétriquement inverse, du bas pour construire la "ville cohérente", heureuse terminologie de E. Korsu, M.-H. Massot et J.-P. Orfeuil, qui guidera notre réflexion. La ville cohérente prend pour point de départ les proximités, voisinages, bassins de vie, et leurs déplacements afférents ; autant des notions que la voiture, l'organisation du travail et l'étalement urbain ont brouillées ces dernières décennies.

A travers une analyse de diverses contributions, nous proposons dans ce dossier d'explorer sept hypothèses de renouvellement des proximités : les bassins de vie, la ville des distances moyennes, l'inversion, les agilités, les lieux, le "à distance", les générateurs de mobilités. 

Tags : travail, data, ville

Le génie des cartes collaboratives


12 03/2014 de Caroline de Francqueville

Sonores, mentales, artistiques, etc. les cartes collaboratives de toutes natures alimentent et se nourrissent de nos observations et imaginaires. Recueillant et donnant à voir un ensemble de vécus, trouvailles, clichés et représentations, ces contributions se proposent comme autant de lectures subjectives des territoires. A l'heure où "l'impératif participatif" s'impose dans le projet urbain, élus et aménageurs se saisissent de ces outils alternatifs pour récolter avis et idées de leurs concitoyens.  
On distingue chez les acteurs publics trois grands motifs de recours à ces cartes : susciter de nouvelles représentations du territoire pour renouveler le débat urbain, diversifier les outils de concertation et enfin faciliter l'action collective. A travers l'exploration de projets percutants, ce théma illustre les potentiels de la cartographie collaborative dans chacun de ces cas.

Maisons de la mobilité : accompagner le changement, assister les mobilités quotidiennes


26 02/2014 de Laurent Barelier et Anne de Malleray

La transition souhaitée vers des mobilités actives et intégrées passe par une nouvelle "culture des mobilités" car l'enrichissement de l'offre de transports en commun ou des infrastructures cyclables ne suffit pas pour changer les habitudes. Cette notion interroge : qui la possède, et surtout comment s'acquière-t-elle ? Le changement n'est pas qu'une affaire de culture, mais surtout de capacités. Cette transition risque d'en laisser certains au bord de la route.

Les maisons de la mobilité tentent de pallier ces inégalités d'accès en offrant accompagnement et conseils personnalisés. Elles se situent à ToulouseChambéry ou en Ardèche - tandis que d'autres sont itinérantes. A travers ce dossier nous nous interrogeons : à quels territoires et à quels publics ses maisons de la mobilité sont-elles destinées ? Et comment s'y prennent-elles pour accompagner le changement ? 

Présentation de Chronos

Chronos est un cabinet d'études et de prospective dont les travaux s'articulent autour de quatre grands thèmes : les mobilités, les territoires, le numérique et le quotidien.

Abonnement newsletter

Membres Chronos