Smart cities. Reformuler le service public

19 09/2012 de Julie Rieg

Qu'est-ce que l'intelligence, sinon la capacité de croiser des données, informations et savoir-faire en vue d'identifier des actions à mener en fonction d'objectifs ? Cela vaut en mathématiques comme en politique, économie, management, gestion et toute autre discipline. Les sciences cognitives nous rappellent que l'intelligence est un concept - donc à utiliser avec prudence -, et que l'être humain l'érige sans cesse en objet réel. Or, on ne peut pas faire plus "objet" qu'en considérant l'intelligence d'un territoire à l'aune des infrastructures, réseaux et offres technologiques qui y figurent. Cette technocratie exacerbée se propage de part et d'autre de la planète (voir ici ) ; elle était sous-jacente lors de la 12e conférence des villes qui accueillait une table ronde de professionnels sur la question des Smart cities, mais d'autres critères d'intelligence urbaine ont été mentionnés tout au long des échanges. Compte-rendu.

 

DES OBJECTIFS IMMÉDIATS, DURABLES ET PÉRENNES

  • Malgré les restrictions budgétaires, la transition énergétique ne pourra pas être reportée à plus tard, Antoine Frérot, président-directeur général de Veolia.
  • Les solutions pour la transition énergétique résolvent à la fois des problèmes environnementaux (pollutions, rareté des énergies fossiles...) mais aussi économiques et sociaux dans la mesure où il s'agit d'économiser de l'énergie et de créer des emplois. L'équation économique est rentable à moyen et long terme, Antoine Frérot, président-directeur général de Veolia.
  • Il importe d'inscrire les actions sur plusieurs mandats électoraux, notamment pour convaincre les investisseurs, Thierry Déau, président-directeur général de Méridiam Infrastructures.

 

UN NOUVEAU SERVICE PUBLIC, UNE IMPLICATION DES CITOYENS

  • La ville intelligente est une ville où les citoyens ont accès aux services (le "droit à la ville"), Cécile Duflot, Ministre de l'égalité des territoires et du logement.
  • La Smart city vise à améliorer le service public, à économiser les énergies et à optimiser la surface utilisée pour mettre en oeuvre les services publics. Le citoyen est au centre du débat, Henri Ducré, directeur général adjoint de GDF-SUEZ.
  • Pour que ces technologies aient du sens, il faut en développer des usages pour améliorer la vie des citoyens et la qualité des services proposés, Philippe Duron, député, maire de Caen, président de Caen La Mer.
  • A Caen, nous développons la plateforme easymove qui rassemblera tous les services proposés par la collectivité. L'usager y aura accès via son téléphone, Philippe Duron, député, maire de Caen, président de Caen La Mer.
  • C'est une chance. Les technologies nous obligent à penser plus local. Les décisions se prennent de façon décentralisée. Chaque consommateur de demain sera acteur, Henri Ducré, directeur général adjoint de GDF-SUEZ.

 

UNE APPROCHE MULTISCALAIRE ET PARTENARIALE

  • Les services numériques sont avant tout développés en ville car ils sont plus faciles à dispenser dans les zones denses. C'est la demande qui nous pousse, qui nous appelle. Dans quelques années, la totalité de nos concitoyens seront équipés et ils ne comprendront pas que les services ne soient pas accessibles ailleurs. C'est un sujet de service public et d'adaptation du service public aux nouvelles technologies et aux pratiques des citoyens. Le partage d'expérience est nécessaire entre collectivités, Philippe Duron, député, maire de Caen, président de Caen La Mer.
  • Tous ceux qui ont des réseaux de chauffage et pensaient devoir les abandonner, tous ceux-là les accroissent, les réparent... Les productions locales vont accompagner les productions nationales. Une synergie est à trouver, Antoine Frérot, président-directeur général de Veolia.

 

 

Conclusion ? Une ville n'est pas plus intelligente qu'une autre parce qu'elle est mieux équipée, mais parce qu'elle oeuvre pour un développement durable tout en mobilisant un écosystème d'acteurs locaux, dont les habitants eux-même, et ce quels que soient les outils mobilisés (technologiques comme manuels).

Surtout, elle puise son intelligence dans l'interaction avec les territoires alentour, de la campagne périurbaine aux milieux ruraux, sortant de sa posture égocentrique. Comme le conseille Cécile Duflot, Ministre de l'égalité des territoires et du logement, "il faut penser la politique à l'échelle de la proximité et de la mise en réseau".

Commentaires (0)

Commentaires

Présentation de Chronos

Chronos

Chronos est un cabinet d'études et de prospective dont les travaux s'articulent autour de quatre grands thèmes : les mobilités, les territoires, le numérique et le quotidien.

Abonnement newsletter