Retour vers le réel et embarquement vers le réel futur

07 10/2009 de Bruno Marzloff

La réalité augmentée est là. Deux pages dans Libération du 5 octobre pour évoquer les scénarios déjà accessibles (pour une analyse enrichie, See It, Follow It sur le blog O'Reilly Radar, parue ce même jour). La première mention du tag "réalité augmentée" dans la base Chronos/Delicious date d'un an. On parlait à l'époque de mobile à interface holographique, avant de revenir vers le plancher des vaches, le réel (voir la vidéo explicite de services augmentés sur le mobile pour l'application transport-ville Métro Paris sur iPhone). C'est finalement le GPS qui "fait" l'augmentation en rassemblant sur un même écran ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas, puisque le contenu des deux écrans ont les mêmes coordonnées géographiques, livrant un nouvel outil de l'intelligence ambiante (Quand la géolocalisation bouleverse le web social). La réalité augmentée, c'est simplement l'enrichissement du réel par des données virtuelles ou retravaillées du réel. On peut aussi le définir comme le territoire qui prolonge le virtuel quand on l'admet dans le réel, une forme de transition entre les captures du réel et leurs exploitations diverses et parfois imprévisibles sur les terminaux.

 

En fait, ces développements laissent encore ouvertes les hypothèses pour de multiples développements. Il reste que les coûts de réalisation s'écroulent et que la masse de données disponibles ne cesse de s'accroître. Ainsi, plus de cent millions d'images Flickr sont désormais sous licence créative commons, 250 millions d'entrées Wikipedia également (Augmented Wikipedia Reality Has Arrived on the iPhones), sans compter l'immense reste - les profils de réseaux sociaux, les twitts, et autres fruits précieux de la "statusphère". Les mentions de ce tag s'accélèrent au rythme d'une adoption opérationnelle de la réalité augmentée. Les services d'AR arrivent déjà sur l'app store (Layar Augmented Reality Submitted to the iPhone App Store) tandis que Alcatel entrevoit déjà la réalité augmentée en mobilité avec l'arrivée de la 4G.

 

Mais l'affaire se corse avec l'arrivée d'une formule cocasse, la "réalité continue" dans le spectre des concepts de "réalités mixtes des divers mélanges de réalité et de virtualité disponibles pour telle application ou tel environnement". Daniel Kaplan la définit comme "une façon d'utiliser le numérique pour comprendre le réel, d'inventer une réalité virtuelle, se rapprochant au plus près de la vraie vie". Ainsi, pénétrer dans l'impénétrable camp de Guatanamo se fait fictivement pour projeter son réel reconstitué. C'est là une approche de l'investigation qui met le le journalisme et l'art numérique à contribution, c'est aussi l'apparition d'un double de la réalité quand le réel ne se livre pas. Poussons le raisonnement plus loin : est-ce que la suite logique de l'histoire n'est pas une réalité prédictive ? Elle serait au réel ce qu'est l'information prédictive à l'information théorique, une information qui se façonne dans les entrailles des modèles agitant des algorithmes pour définir des scénarios d'anticipation (sur la base de pronostic de trafic par exemple en matière de déplacements). A suivre bientôt dans vos iPhone un coup d'oeil sur le futur.

Commentaires (0)

Commentaires

Présentation de Chronos

Chronos

Chronos est un cabinet d'études et de prospective dont les travaux s'articulent autour de quatre grands thèmes : les mobilités, les territoires, le numérique et le quotidien.

Abonnement newsletter

Membres Chronos