Tiers-lieux, le dossier de prospective du présent 2011 de Chronos

30 08/2011 de Groupe Chronos

Les temps de connexion des individus, reliés à de multiples réseaux, bouleversent leurs manières de vivre et l'organisation de leur quotidien. Ces usages d'un tiers-temps donnent naissance aux tiers-lieux (ni le lieu du travail, ni le chez soi), sources d'innovations, incarnées déjà par huit modèles, décrits dans ce dossier.

Le dossier "Tiers-lieux, tiers-temps" mobilise la sociologie, l'économie, le design pour révéler les usages qui ont précédé à la construction des tiers-lieux, les signaux qui les révèlent et les socles qui les caractérisent, conclus par une cartographie prospective.

Ci-dessous l'introduction et le plan détaillé du dossier tiers-lieux, réalisé pour les membres du Groupe Chronos en juin 2011. Pour en savoir plus, contactez lea.marzloff@groupechronos.org .

 

 

Introduction

Conjuguez deux mots, "à distance" et "autonomie" et vous en obtenez un troisième : "mobile". Et, puisqu'il n'y a pas de mobilité sans halte, ajoutez "tiers-lieu". Vous avez là les condiments d'une révolution sociologique.

Les faits sont là. Une croissance soutenue du e-commerce. Un travail à distance banalisé. Des succès comme Twitter ou Facebook qui donnent la mesure d'une sociabilité affranchie du proche.
Des délocalisations et désynchronisations d'activités qui accompagnent l'autonomie acquise - l'empowerment - dit-on. Les terminaux mobiles et les réseaux font le reste.

Les raisons s'accumulent. Les congestions des transports, la flexibilité du travail, le tropisme des proximités et l'envie de voyager léger, sans oublier les injonctions du développement durable.

L'issue qui s'impose ? Un tiers-lieu - ni le travail, ni le chez soi - mais les deux lieux conjugués et bien d'autres choses encore.

Le produit d'un ordre sociologique de notre génération.

Quelles conséquences ? Le territoire se déforme. De nouveaux modèles s'élaborent, des acteurs et marchés inédits surgissent.

Une redistribution des cartes, pour le dire vite.

Tiers-lieux ? Certains soutiennent qu'on y passera le tiers de son temps.

 

Les usages

Quelles sont les grande familles de pratiques et d'usages qui ont précédé à la construction des tiers-lieux ? Cette partie décrit et illustre huit grandes tendances dans quatre champs sociologiques, sous forme de fiches synthétiques.

Sociologie des mobilités : Limites d'élasticité et Auto-mobilités

Sociologie du quotidien : Délinéarisation et Jeu des adresses

Sociologie du numérique : Suite servicielle et Quotidien à distance

Sociologie urbaine : Ville vivable et Transit

 

 

 

Les signaux

L'émergence d'un quotidien à distance incarné par le tiers-lieu renvoie aux motivations des usagers. Ces derniers les ont plébiscités dans leurs usages spontanés, en en tirant de multiples bénéfices (parcours fluide, ressources numériques régulières, services de proximité) . Reste alors aux facilitateurs de tiers-lieux et autres fournisseurs d'accès à la ville à imaginer une fabrique des services urbains et à construire les modèles qui y répondent.

Le dossier présente sous forme de trois doubles pages illustrées et sourcées, les grandes motivations qui soutiennent et accompagnent le développement des tiers-lieux.

Motivations des usagers :
Réduire ses déplacements contraints et favoriser ses mobilités choisies ; accéder à des centralités de proximité pour diminuer son temps de parcours ; disposer de services concentrés en un même site pour simplifier son quotidien ; jouer d'une flexibilité du temps dans ses différentes activités ; renforcer son autonomie par des outils adéquats.

Motivations des organisations :
Réduire les déplacements obligés et leur charge pour l'entreprise ; accroître la productivité des salariés via le travail à distance ; mutualiser les coûts immobiliers dans des espaces multi-partenariaux ; développer l'attractivité des lieux urbains ; construire des services "reliés" et à forte valeur ajoutée ; innover dans le respect des principes du développement durable.

Les facilitateurs de tiers-lieux :
Des terminaux mobiles omniprésents : mobile, smartphone, tablette, PC... ; des réseaux pour une connexion continue : Bluetooth, WiFi, 3G-4G, NFC... ; la ville 2.0 comme laboratoire des services urbains ; l'informatique dans les nuages qui permet de stocker et échanger des données en liberté ; des réseaux sociaux, socles de sociabilités inédites

 

Les socles

Afin de répondre aux usages émergents et aux motivations des acteurs, les tiers-lieux doivent rassembler un certain nombre de caractéristiques communes. Lieu de confluences, lieu multifonctionnel, lieu de la délocalisation et lieu en réseaux : tels sont les quatre socles fondateurs du tiers-lieu, décrits dans le dossier.

Lieu de confluences, mots clés : centralité, proximité, mobilité, urbanité

Lieu de délocalisations, mots clés : sociabilités, travail, commerces, services publics

Lieu multifonctionnel, mots clés : hub, correspondances, intermodalités, aménités

Lieu en réseaux, mots clés : complexe, réseau, échelles de mobilités, numérique

 

Les modèles

La vague d'innovations des tiers-lieux est encore discrète et protéiforme, et rend difficile la formulation d'une typologie. Néanmoins, des modèles se dégagent et sont sommairement analysés dans la quatrième partie du dossier. Chaque modèle est présenté avec sa fiche d'identité complète (localisation, services, modèles économiques, usagers, acteurs, réseaux, fonctions, etc.)

Les huit modèles de tiers-lieux : Centres d'affaires ; Télécentres ; Commerces augmentés & Points multiservices ; Kiosques publics ; Espaces collaboratifs ; Stations de mobilité ; Transports à vivre ... Ce premier inventaire ne demande qu'à s'enrichir.

 

Le futur du présent

La partie conclusive, appelée "Le futur du présent" est incarnée par une cartographie prospective où les différents tiers-lieux sont distribués dans une ville et où l'on peut lire des parcours types de catégorie d'usagers dans cet espace et entre ses lieux.

 

 

 

Pour en savoir plus sur le dossier tiers-lieux, contactez Léa Marzloff, lea.marzloff@groupechronos.org ou Amandine Novelli, amandine.novelli@groupechronos.org au 01 42 56 02 45.

Commentaires (0)

Commentaires

Présentation de Chronos

Chronos

Chronos est un cabinet d'études et de prospective dont les travaux s'articulent autour de quatre grands thèmes : les mobilités, les territoires, le numérique et le quotidien.

Abonnement newsletter

Membres Chronos