Blog Chronos

 

L’éphémère durable, tactique d’aménagement de l’espace public de San Francisco


15 02/13 de Charles Capelli

 

Tout "hacktiviste urbain" initié coche la date du Parking Day dans son calendrier. Depuis sa création, l'événement a essaimé dans 180 villes et plus de 30 pays. Tout a commencé en novembre 2005, lorsque REBAR, collectif d'artistes, urbanistes, designers de San Francisco, loue une place de parking pour la journée et en détourne l'usage en y installant une terrasse de café éphémère. Depuis, la municipalité tire parti de ce succès à travers le programme Pavements to Parks, version officielle et augmentée du projet original.


Vous pouvez lire à ce sujet sur notre site : PARK(ing) day, notre analyse in situ après une journée passée par l'équipe Chronos sur une place de parking, l'analyse du projet PARKING DAY dans notre dossier "Comment les hommes bougent ?" et la Chronique des villes agiles #1 - L'essor des parklets.

 

Du détournement artistique à la stratégie de développement urbain

 

 

Comment les Hommes bougent ? Dossier de prospective du présent 2012 de Chronos


En s'appropriant un "happening" militant, la municipalité de San Francisco réussit un bon coup. Les parklets (place de parking transformée temporairement en parc ou terrasse), désormais symboles du développement urbain, sont un bel outil de communication, soutenu par l'opinion publique. Le programme Pavements to Parks pérennise le mouvement initié par REBAR en facilitant l'implantation de "tiers-lieux" dans la ville. Les projets, soumis par les citoyens, sont validés selon différents critères d'utilité : voie routière sous exploitée, manque d'espaces publics dans le quartier, soutien de la communauté locale, sécurisation de la marche et du vélo, etc. Toujours pensés comme des infrastructures éphémères, les projets dont l'utilité est démontrée, s'inscrivent ensuite durablement dans le paysage urbain. Après les places de parking, la méthode est appliquée au réaménagement de carrefours et de voies routières. Exemples.

 

 

22nd Street Parklet

 

Construit en avril 2010, ce parklet a été principalement financé par les trois boutiques devant lesquelles il a été déployé : le Revolution Cafe, l'Escape From New York Pizza, et le Lolo Restaurant. Cet aménagement prend la forme d'une terrasse à flan de trottoir, une valeur ajoutée indéniable pour les trois commerces. Bonus, il est dessiné par REBAR.

 

22nd Street Parklet

 

San Jose/Guerrero Park

 

Aménagée le 14 septembre 2009, la place San Jose a été dessinée gratuitement par Jane Martin de Shift Design Studios. D'une rue uniquement dédiée à la voiture, elle est devenue une esplanade ornée par la végétation locale. Un changement financé principalement par un voisin : le California Pacific Medical Center.

 

Le carrefour avant aménagement

La place après aménagement


Jane Warner Plaza

 

Jane Warner Plaza fait partie des transformations en cours. Après une expérimentation d'un an, la communauté locale usagère de cet espace a émis une demande d'aménagement définitif. Seth Boor de Boor Bridges Architecture a dessiné cet espace à partir des recommandations des usagers : absence de bancs, manque de végétation..., puis des volontaires l'ont aménagé. La transformation a été financée par le supermarché voisin Cargo, une façon de rendre attractif l'espace public proche de son commerce. A l'heure qu'il est, l'ancien carrefour, est une des places les plus prisées de San Francisco.

 

Jane Warner Plaza

 

 

Contrastes et innovations

 

On relève au moins trois contrastes - Micro/Macro. Privé/Public. Pop-up/Pérenne; marquant leur singularité dans les nouvelles formes d'appropriation de la cité. Ces exemples soulignent l'ampleur d'un micro-aménagement une fois portée par un acteur fort.

 

Ensuite, un jeu d'acteurs fécond se met en branle ; avec des contributions citadines d'une part, une bienveillance publique d'autre part sans oublier des financements hyperlocaux. Les uns et les autres trouvent largement leur compte dans ce qu'il faut bien appeler des "enrichissements" de l'espace public.

 

Enfin, Pavements to Parks consacre un paradoxe : la construction durable sous l'impulsion de l'éphémère. Des petites briques ici et là assemblées par les usagers "à la volée", pourrait-on dire, pour garantir une pérennité consolidée de sa légitimité naturelle.

Un sacré cocktail innovant.

 

 

Tags : urbanisme

Commentaires (0)

Commentaires

 

Présentation de Chronos

Chronos est un cabinet d'études et de prospective dont les travaux s'articulent autour de quatre grands thèmes : les mobilités, les territoires, le numérique et le quotidien.

Abonnement newsletter

Membres Chronos