Amazing Shared Workspaces Spreading across China [part 2]

As Chinese government promotes 2,300 makerspaces in China, the British Council (BC) counts only around 100 spaces by the end of 2015. Why this difference? The British Council leans on the definition of "an open-access space (free or paid), with facilities for different practices, where anyone can come and make something". It does not take into account the plentiful spaces that do not provide access to tools but that are called makerspaces to get governmental subsidies. Most of the time, they are incubators or accelerators ; they offer a support for entrepreneurs to set up their companies.

This post establishes a picture of makers movement in China thanks to the BC report , the visit of XinCheJian space and an interview with Hans Stam, a Chinese makerspaces specialist. A first post about coworking in China was published two weeks ago.

21/07/2016 de Julie Rieg

IEEE Spectrum- Général Motor et Lyft vont expérimenter un service de taxi sans chauffeur

En achetant la technologie lié à la voiture autonome de Cruise Automation, et en s'asociant avec Lyft, GM à l'ambition de s'emparer du futur marché de taxis sans chauffeurs. D'ici un an, le constructeur automobile et Lyft vont tester ce futur service dans une ville américaine dont le nom est encore tenu secret. Une question persiste : quelle ...

Where will all the traffic go? — Medium

Les arthères urbaines, depuis nos boulevards parisiens jusqu'aux avenues de Manhattan sont des coupures urbaines contraignantes la marchabilité des centres. Alors, quand on décide de supprimer une artère urbaine comment le trafic se ...

themavision.fr - VTC : Un moyen de transport intégré à la ville ?

Excellente analyse de l'étude Ademe sur la contribution des VTC aux systèmes de mobilité urbaine.

Des airs et des aires de vacances

Les vacances ont-elles commencé, ou sommes-nous encore au travail ? La réponse est désormais moins une affaire de date que de rapports à l'écosystème digital et à sa plus ou moins grande maîtrise. Ainsi, sur le mobile, sphères privée, partenaires et professionnelles, tout s'embrouille. La 4G se prête autant aux selfies sur la plage qu'aux conf call sur le même sable chaud, quant à l'agenda, il est désormais irrémédiablement partagé avec ses collègues et ses proches. Personne ne sort indemne de cette immense confusion ; le travail et les vacances non plus, demain il en sera de même avec la retraite qui joue les prolongations du travail. Quelques réflexions livrées par Bruno Marzloff au magazine Espace pour un n° spécial  sur les rythmes et lieux de vacances.

 

Cet article est initialement paru dans la Revue Espaces n°330 .

30/06/2016 de Bruno Marzloff

Pouvoirs publics et mobilités collaboratives : entretien avec Laura Brimont (IDDRI)

« Jusqu'à présent, les pouvoirs publics ont peu intégré les nouveaux acteurs [de la mobilité collaborative] dans leur politique de mobilité. Or, leur rôle semble primordial dans la construction de l'articulation entre la mobilité collaborative et les autres modes de transport.» C'est le constat que pose un nouveau rapport de l'Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) sur les nouveaux acteurs de la mobilité collaborative. Comment les pouvoirs publics peuvent-ils tirer profit de ces nouvelles solutions de covoiturage et d'autopartage entre particuliers?

Au-delà des incantations à davantage de collaboration, quels sont les freins et leviers pour mieux intégrer les nouveaux acteurs de la mobilité collaborative dans les politiques de mobilité, et in fine enrichir le service public ? Chronos a interrogé Laura Brimont, coordinatrice de cette étude au sein du programme "Nouvelle prospérité". Ce travail s'inscrit dans un ensemble de travaux de recherche de l'IDDRI sur les potentiels du numérique et de l'économie collaborative pour le développement durable.

21/07/2016 de Laurent Barelier

Etude : l’Observatoire des mobilités émergentes - Vague 2

Location entre particuliers, autopartage, VTC, covoiturage, multimodalité et intermodalité, vélos, autocars, marche à pied et « glisse urbaine »... Comment se restructurent les comportements de mobilité des individus ? Les nouvelles formes de mobilité sont-elles génératrices d'un accroissement de la mobilité ou assiste-t-on à une substitution aux formes traditionnelles ? Si une substitution s'opère, quels sont les modes qui gagnent du terrain ? Et comment les Français utilisent les outils technologiques (GPS, applis, smartphone, réseaux sociaux) pour planifier, mettre à jour, décaler voire annuler une partie de leurs déplacements ?

Pour répondre à ces questions, l'ObSoCo & Chronos publient en septembre la deuxième vague (2016) de l'Observatoire des mobilités émergentes, mené auprès de 4.000 Français, représentatifs de la population française âgée de 18 à 75 ans.

Pour télécharger la plaquette de l'étude, cliquez ici .

Pour plus d'informations, contactez Léa Marzloff  

L'Observatoire des mobilités émergentes a reçu le soutien de l'ADEME et SNCF.

21/07/2016 de l’ObSoCo & Chronos

Présentation de Chronos

Chronos

Chronos est un cabinet d'études et de prospective dont les travaux s'articulent autour de quatre grands thèmes : les mobilités, les territoires, le numérique et le quotidien.

Abonnement newsletter

Membres Chronos